Equipe Beto Sadisana d'IDIOFA.
Le Konzo

Le Konzo est une paralysie spasmodique bilatérale et non évolutive des membres inférieurs (nombreux cas dans les Intswem). Cela veut dire que ceux qui en sont atteints ne savent pratiquement plus marcher et s'ils y parviennent, c'est à tout petits pas, surtout sur la pointe des pieds et d'une manière toujours saccadée.

La maladie se déclare en moins de 24 heures et ses effets perdurent toute la vie. La maladie, qui est en réalité un empoisonnement, est rarement mortelle mais ses conséquences sont dramatiques. Les malades ne peuvent plus assurer le travail des champs et le foyer est menacé de malnutrition. Les femmes perdent leur statut au sein de la communauté car ce sont elles qui cultivent. En conséquence, les fillettes touchées ne trouveront pas d'époux et les femmes malades sont souvent abandonnées par leurs maris qui préfèrent une épouse capable de les nourrir.

Cette maladie entraîne donc des drames sociaux semblables à ceux provoqués par le sida.
La personne atteinte devient une charge pour la communauté ! Elle est irréversible !
...et pourtant elle peut être évitée par le simple respect de quelques règles élémentaires comme expliqué ci-dessou
s.


La photo montre Pascal Mulamba accompagnant la marche typique d'un enfant atteint par le Konzo.


La cause de cette maladie qui perdure toute la vie a comme origine les composés cyanogénétiques contenus dans le manioc amer cultivé en R.D. du Congo. Ce même Manioc , amer ou non, est aussi la cause du kwashiorkor et du diabète pancréatique tropical. Il est donc important de savoir que le manioc est la cause des maladies citées.
Le manioc doit obligatoirement séjourner 3 nuits ( et si possible 4 nuits en saison sèche) dans l'eau et être séché pendant au moins 6 jours avant d'être consommé. Une méthode plus rapide est en cours de test, voir la page manioc
Ces maladies atteignent les personnes mal alimentées en protéines. La carotène et la vitamine A pourraient jouer un rôle positif.
D'après notre expérience, les populations devraient consommer le manioc si possible en mélange avec le maïs et ou le millet. Le maïs surtout assure une désintoxication des cyanures du manioc.
Il semble prouvé qu'un apport régulier en protéines est une protection contre ces maladies.
Une lutte plus efficace pourrait être menée.

Conclusions.

Limiter l'exposition humaine au cyanure par une meilleure préparation du manioc.
Améliorer la ration en d'autres substances par mélange du manioc avec le maïs et ou le millet.
Assurer une consommation plus régulière (c'est-à-dire : tous les jours) en protéines. C'est ici que le Soya, le Niébé et les Arachides peuvent jouer un rôle important.
Favoriser une consommation diversifiée en légumes et en fruits (VITAMINES ).
L'équipe favorise la production de manioc doux par rapport au manioc amer car il a une teneur inférieure en HCN (Acide Cyanhydrique).

Situation dans la région d'Idiofa.

Il y a encore de nouveaux cas, souvent liés à l'ignorance, au fétichisme ou à la sorcellerie.
La faculté de médecine locale ne reconnaissait pas le Konzo comme une maladie spécifique. Elle l'assimilait à la poliomyélite.
Nous avons donc formé une équipe qui s'est dépensé sans compter pour informer la population sur le traitement du manioc avant consommation.(Voir page Manioc à Idiofa).
Cette même équipe a été formée pour prévenir le sida.

Retour en page accueil